Fragments de l’instant avec le peintre David Mostacci

Episode 1

« À contre courant d’une société où tout va vite je prends le temps de m’approprier le présent »

Entre peinture à l’huile et dessin graphite, quelles sont tes sources d’inspirations ?

« Ma source principale reste la photo qui est l’outil qui permet de puiser instantanément dans le quotidien, le réel… je suis à la recherche d’une certaine vraisemblance pas d’une simple ressemblance, la peinture me permet d’avoir des gammes de couleurs différentes de la photographie et de l’imprimante. Ce que je veux c’est garder un rendu photographique mais qui laisse apparaître quelques épaisseurs qui sont les traces de mon passage. Des artistes classiques comme Ingre , Rembrandt ou Vermer pour le rendu réaliste de leurs oeuvres m’inspirent… »

D’où partent tes idées ? quel est ton processus ?

« Je photographie de manière mécanique et en retire des fragments qui matérialisent des moments sur lesquels je vais travailler. Ce met alors en place toute une gestuelle du corps qui est très importante et se déroule en trois étapes: le dessin au crayon pour matérialiser les zones, la peinture brute de manière lâchée puis la sensation de peinture avec le détail. C’est un processus que j’aborde en plusieurs étapes pour arriver de simples traits à quelque chose de définit. J’accorde beaucoup d’importance à des fragments de petites choses que je travaille avec précision. J’aime représenter des personnages plus grands que nature dans le très petit comme dans le très grand cela nécessite autant de travail. »

Les thèmes les plus souvent représentés: le corps, les objets du quotidien et des fragments de portraits.

Quels supports utilises-tu?

« Avant je travaillais plutôt sur bois pour me rapprocher de la tradition picturale comme pouvaient le faire les peintres flamands et hollandais. Pour ma nouvelle collection je suis passé au papier car sa fragilité apporte une lecture supplémentaire à l’oeuvre. »

Le hasard fait-il parti de ton oeuvre ?

« Je ne parlerais pas de hasard mais d’une construction qui est déterminée en fonction de mes états d’âmes. C’est plus une histoire de travail et de regard lié à l’humeur du jour. »

« j’aime représenter des personnes de mon environnement celles avec qui j’ai un affect, j’abandonne le décor pour représenter le personnage seul … »

Réalisation de l’artiste peintre David Mostacci

« Je donne le rythme par le décadrage ce qui est plus dynamique, j’aime multiplier un même instant comme une variation en musique classique. Le décadrage est pour moi un cadrage cinématographique, cette partie hors cadre qui laisse un champ plus vaste à l’imaginaire »

Installation : objet anachronique en devenir … le zoétrope c’est montrer des boucles infinies, des choses qui font parties du quotidien que l’on répète mécaniquement sans fin …

La suite dans un prochain épisode …

en attendant retrouvez le peintre David Mostacci sur sur site ici ou sur les réseaux sociaux Facebook Instagram